informations sur le déblocage de ce mercredi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

informations sur le déblocage de ce mercredi

Message  corentin le Mer 19 Déc - 11:47

il est 9h40. les piquets de greve ont tous été levés par des élèves et nombre d'enseignants virulents (vidéos à l'appui) c'est une longue agonie pour le principe des assemblées génerales qui, en dépit de ses défauts (à l'instar de ce qu'on appelle couramment démocratie), sera difficile à remplacer.
moi qui avais voté contre ce blocage, et qui défendait malgré tout les piquets pour défendre les assemblées gnérales, je suis dépité. que nous reste-t-il, maintenant?
No

corentin
Admin

Messages : 59
Date d'inscription : 09/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Jusqu'ici tout va bien....

Message  Clément Ollivier le Mer 19 Déc - 21:30

Levé 5h30, les piquets ont été mis la veille, dans la bonne humeur, par un groupe d'une cinquantaine de personnes qui donnaient leurs dernières forces pour cette journée importante du jeudi, test pour la crédibilité du mouvement avant les vacances. "Université et démocratie" ont appelé à venir massivement et pacifiquement se rassembler vers 7h30, la direction avait hypocritement appelé les élèves et les professeurs à venir également, assurant que les activités pédagogiques auraient lieu. La légitimité de l'AG étudiante était donc niée par l'institution même : les étudiants n'ont-ils aucun droit de se rassembler, de discuter, et de décider enfin ? N'ont pas droit de se réapproprier une parole, qui, ne leur étant autorisée que dans le cadre institutionnel de leurs activités, parait leur faire radicalement défaut ? Certains peut-être n'en veulent pas, de cette parole, certains peut-être n'imaginent même pas qu'elle puisse leur être dût, et cela même quand c'est de leur avenir qu'il est question.... Mais dans ce cas le silence parle la langue de l'autorité, la langue impérative du pouvoir établit. Mais d'autres la réclament, se l'approprient de fait puisqu'elle ne leur est pas, de fait, donnée. Elle leur est repris, de force, confisquée dans son effectivité, dans son incarnation directe. On la ridiculise, l'humilie. Car cette parole qu'ont pris ceux qui voulaiente parler à demandé les piquets : les piquets symboliquement pour être visibles, concrètement pour étendre sa force et massifier sa porté, concrètement pour la faire entendre au conseil d'administration, concrètement pour la porter en dehors de la fac, en masse, dans la rue et dans l'action.
6h dans le froid, patients, avec la vigueur matinale, confiants aussi. 7h les premiers profs et les premiers élèves répondant à l'appel arrivent, discussions, incompréhension des deux côtés. Derniers moments d'écoute relative et d'échange avant le grand jeu. Qu'est-ce que c'est que cette situation, les gens qui viennent, des deux bords, chacun se croyant dans son droit, chacun pour la fac, chacun pour sauver quelquechose de la fac, qu'est-ce que c'est que cette situation qui nous met côte à côte et qui nous verra face à face dans un moment ? Qu'est ce que c'est que cet appel à venir en cours alors que les piquets de grèves ont été votés ? Pourquoi la présidence doit-elle tenir sa fac ouverte ? Pour que les cours aient lieu ? Mais comment passer outre alors la décision de la majorité des étudiants voulant prendre la parole et la faire entendre ? Pour sauver ce qu'il reste du Mirail, de la crédibilité du Mirail, de la "compétitivité" du Mirail ? Alors il faut se poser la question de l'après... On fait cours et après ? On fait encore cours et après ? Jusqu'ici tout va bien, jusqu'ici tout va bien, jusque ici tout va bien, etc etc. Il faut se poser la question de la loi, débattre et faire valoir un espace de réflexion... Mais rien encore n'a été proposer, émis, effectuer par ceux qui critiquent la fac en piquets de grève, rien, pas même une idée, pas même un semblant d'initiative... La fac ouverte n'est pas, de facto, la condition d'un débat autour de la loi. Alors pourquoi ? Pourquoi forcer la porte ? Pour montrer qu'on peut normaliser une fac, qu'on peut tenir une fac, et ainsi être un interlocuteur crédible plus tard. Stratégie contre stratégie. CFDT-SGEN contre Aget-Sud. ça y est, la fac est divisée, on a réussit à diviser la communauté, on à réussit à instaurer la suspicion et la méfiance, à empêcher tout débat, on a tous réussit à se monter les uns contre les autres, stratégies contre stratégies. On a réussit que des situations comme celle de ce matin aient lieu.
7h30, le grand jeu. Mi-rugby, mi-vendetta. Entièrement connerie, à peine ludique. On défend une porte, ça charge devant, ça insulte, ça tape, les baffes, les poings, ça finit à la chaise, qu'à cela ne tienne, quand on est con... dirait Brassens. Derrière, apathiques, les étudiants invités par la présidence regardent, mais ont-ils les yeux ouverts, ils se sont levés, mais sont-ils reveillés ? Je me le demande encore. Savaient-il alors qu'ils étaient l'argument choc des garants de l'ouverture de Fac : regardez ils attendent tous, regardez vous les empêchez d'étudier, regardez ce que vous faites..... Savaient-il que par leur présence ils parlaient la voix qui confisque la parole, ils répondaient dociles au rôle qui leur était impartit dans la stratégie hypocrique d'un syndicat enseignant dont, pour la plupart, il ne connaissent rien ? Je me le demande encore. Les baffes continues de voler par-ci, des discussions s'installent par là, des chaines se forment, des charges s'organisent. Mais c'est l'imcompréhension qui règne.
8h30, stratégie secrète, pernicieuse, décisive, la sécurité interne, sur l'ordre du président, coupe les chaines métalliques installées la veille. Certains passent par derrière, appellent les autres. Une chaine humaine s'improvise mais c'est déjà trop tard. Le plus fort à raison, dixit la jungle de la grève, dixit la situation dramatique d'une fac retournée contre elle-même, où la démocratie tant invoquée de tout bord a fait ses bagages depuis qu'on a baissé les bras et qu'on écoute plus l'autre, depuis qu'on est plus une communauté mais un ensemble confus de stratégies contraires ne disant pas leur nom.
9h, les classes s'ouvrent et se remplissent et les profs présents, fiers et victorieux, vont faire cours dans ces conditions. Mais qu'ont-ils gagné ? Qu'ont-ils gagnés à faire cours à certains en tapant sur d'autres ?
Une matinée au Mirail, dans une fac plus que jamais divisée, dans une fac qui demande naïvement de "trouver d'autres moyens d'actions", mais qui montre surtout un visage grimaçant, un visage torturé par la bêtise. Jusqu'ici tout va bien, jusqua'ici tout va bien, jusqu'ici tout va bien etc etc... Ce matin on a heurté quelque chose, le fond n'est plus loin. Et jusqu'ici tout va bien.

Clément Ollivier
Utilisateurs

Messages : 29
Date d'inscription : 13/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: informations sur le déblocage de ce mercredi

Message  corentin le Mer 19 Déc - 22:01

je ne sais pas pourquoi, c'est irrationnel, mais j'aime les gens qui parlent de Brassens...
jusqu'ici, tout va bien.
un témoignage de la perfidie pseudo-salvatrice de l'ordre, au niveau du piquet qui se trouve à l'exact opposé de l'arche (en diagonale):
deux personnes sont là depuis 6 heures. (brrr) à 8 heures 30, pendant qu'une cohorte de débloqueurs forçaient des piquets les plus exposés, une dizaine de personnes, tous costauds, et armés d'une pince-monseigneur, approchent de ce piquet. la personne en charge de prévenir les autres d'un mouvement par télephone se saisit de celui-ci.
on la ceinture, on l'immobilise, on lui arrache ledit telephone, et on tente de la baillonner en lui appliquant une main ferme sur la bouche, "organe" qui jusqu'à présent lui servait à hurler des imprécations somme-toute justifiées.on coupe les chaines, on entre, on la relâche.
jusqu'ici tout va bien?
il semble que ces personnes aient été officieusement mandatées par l'administration pour ouvrir ces piquets, mais je ne saurais étayer ces allegations. ( à part par le témoignage des deux qui se sont faits immobiliser et qui en ont témoignés en vertu du fait que ce sont les agresseurs eux-mêmes qui le leur ont dit)

corentin
Admin

Messages : 59
Date d'inscription : 09/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: informations sur le déblocage de ce mercredi

Message  Clément Ollivier le Mer 19 Déc - 22:03

tout va bien alors ?

Clément Ollivier
Utilisateurs

Messages : 29
Date d'inscription : 13/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Du mépris.

Message  gabriel le Jeu 20 Déc - 1:56

A lire tous ce qui est dit là ci-dessus je ne peux qu'être d'accord, mais en même temps lorsque je me demande ce qu'il faudrait faire, alors je ne trouve à répondre que ces quelques mots :
"Je me tais, c'est parce que je n'ai rien à dire" empruntés au Mépris.
Et c'est presque alors que j'entends les insassiables violons qui dans le film laissent entendre ou pas les dialogues, où chaque mot précipite l'autre vers un désastre attendus, en tension où les discours d'intellectuels sonnent vraiement à côté de la plaque, comme si, c'était l'innévitable issu, ou point de chute.
Que faire maintenant face à ce mépris généralisé, cette question me semble bien faible, mais pour plagier une nouvelle fois le film si "L'amour n'est pas une conclusion" qu'elle va être la conclusion de tout ça, et comment va-t-on y participer ?

gabriel

gabriel
Utilisateurs

Messages : 36
Date d'inscription : 08/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: informations sur le déblocage de ce mercredi

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum