Exposés des journées du 31 mai et du 1er juin.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Exposés des journées du 31 mai et du 1er juin.

Message  Benoît Schramm le Sam 15 Mai - 0:30

Programme des journées.
Salle 226.

Lundi 31 mai

9 h - 10 h 30 Julien Lysenko, "Comment peut-on atteindre le bonheur ?"

14 h Vincent Gray, "Le modèle de la patrie juive chez Jean-Jacques Rousseau : une patrie sans territoire."
15 h 30 Yannick Souladié "L'Antichrist de F. Nietzsche"

Mardi 1er juin

9 h Sébastien Boulade, "La responsabilité dans l'Ethique à Nicomaque"
10 h 30 Gabriel Condé, "Communautés et collectifs politiques confrontés à des espaces en crise : espace public, espace du dedans/dehors, espace littéraire. "

14 h Alexandre Schramm, "Le parler de la parole poétique : de l'exil à la prophétie"
15 h 30 Pierre-Guillaume Paris, "De la propriété de soi à la production de soi et travail sur soi : le versant externe de la subjectivité"
17 h Pierre-Ulysse Barranque, "L'axiome communiste et la vision économiste du monde"

Les exposés se dérouleront en salle 226.

Rappel des « règles du jeu ».

Les exposés seront limités à une durée maximale de 45 minutes, sous peine de devoir faire une pause (!). Le but est de conserver l'attention de chacun, afin que l'exposant soit pleinement satisfait de l'écoute qu'on lui accorde.
Secondement, les exposés devront en outre être accessibles à des étudiants de L1.
Les journées se dérouleront comme suit : deux créneaux horaires de trois heures comprenant deux exposés (de 45 minutes) avec discussions et pauses, l'un le matin, l'autre l'après-midi. Cela revient à insister sur le caractère estival de ces journées : rendre la chose digeste et appréciable pour chacun, et profiter du beau temps en poursuivant (éventuellement) les discussions dans l'herbe, peut-être organiser un repas commun, etc. Dans tous les cas, se rencontrer et parler librement - dans la mesure où la structure cadrant cette parole est réfléchie et choisie.

Puisqu’aucun modérateur ne s’est proposé, j’assurerai donc cette fonction : un regard sur la montre et un exercice de fluidification des échanges après l’exposé. Par ailleurs, j’ouvrirai en exposant lundi au matin, pour que tout le monde soit en confiance ensuite. (A moins que quelqu’un y tienne ?)


Dernière édition par Alexandre Schramm le Lun 31 Mai - 17:26, édité 3 fois

Benoît Schramm
Admin

Messages : 63
Date d'inscription : 12/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de ma future intervention

Message  Lysenko le Lun 17 Mai - 23:33

Comment peut-on atteindre le bonheur ?



La première chose à savoir à propos de cette recherche, qui se trouve être mon mémoire de Master 1, est que j'ai ici, comme beaucoup d'autres avant moi, cherché à faire de la philosophie une science. C'est-à-dire que j'ai essayé de traiter un sujet philosophique avec une méthode précise en espérant pouvoir grâce à elle obtenir un large consensus, chose encore inexistante en philosophie.

La méthode que j'ai utilisée est une adaptation des méthodes marchant dans les sciences existantes à la philosophie.
J'ai commencé par définir strictement l'objet de mon étude pour ne pas laisser place à des débats stériles dus à la confusion de divers choses. Ma définition initiale est donc aussi ma définition finale, elle n'a pas évolué. Mon étude se résume à une recherche des composants empiriques de la chose que j'ai défini comme l'objet de mon étude, autrement dit de ce que la définition initiale implique. Ma définition étant : X est du bonheur si et seulement si X est une présence du maximum d'agréable possible de la manière la plus continuelle possible.
Puis j'ai essayé, à partir d'observations et de règles de logique (d'évidences communes), d'obtenir des lois donnant les composantes empiriques du bonheur pour la plus grande partie possible des êtres communément dits humains.

Il est évident que ce genre de méthode ne peut pas marcher aussi bien en philosophie qu'en physique par exemple. Principalement parce que l'objet de la philosophie ne permet pas d'expérimentations, qu'il nous faut donc souvent nous baser sur l'évidence personnelle. Néanmoins je pense qu'il s'agit quand même de la meilleure méthode possible en philosophie.
Je vous invite donc tous, autant étudiants en premières années que professeurs, à voir puis à me dire ce que vous pensez de ma méthode aux vues de mes résultats. Je dirais même presque surtout les étudiants en premières années qui sont généralement encore très ouverts d'esprit.

Pour finir la présentation de ma recherche je peux donner le contenu essentiel de celle-ci, soit ce que j'exposerai.
J'ai d'abord commencé en montrant la valeur de l'objet que je me suis donné.
Puis j'ai cherché à définir précisément les seuls éléments de mon objet d'étude, soit l'agréable et le désagréable.
Suite à cela j'ai mis en évidence les problèmes intrinsèques de toute recherche relative à l'agréable et au désagréable. C'est-à-dire les limites de ce que j'affirmerai.
Ensuite j'ai cherché toutes les choses qui pouvaient procurer du désagréable (pour voir comment les éviter) et toutes les choses qui pouvaient procurer de l'agréable (pour voir comment avoir de l'agréable le plus continuellement possible).
Enfin j'ai cherché comment favoriser la réalisation de l'état empirique qui correspond au bonheur autant au niveau individuel qu'au niveau collectif.

Lysenko
Utilisateurs

Messages : 2
Date d'inscription : 14/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum