Gilles Châtelet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Gilles Châtelet

Message  Margaux le Mer 28 Avr - 14:57

Voici l'extrait d'une intervention radiophonique de Gilles Châtelet (France Culture, 1998) autour de Marcuse. Il serait bon de lire le fac-similé de cette émission qui dessine la pensée du philosophe-mathématicien Châtelet, mais je n'ai pas le temps de tout copier. Bonne lecture !

"La société actuelle et la philosophie analytique réussissent à articuler complètement des opérations mentales et des opérations de pratiques sociales. Il y a une articulation essentielle entre un certain type de répressivité analytique, et d'exigence, je dirais même d'ultimatum de la clarté sur les pratiques sociales et sur les pratiques politiques. C'est une idée fondamentale de Marcuse. Il reprend toutes ces histoires de John Doo, et affirme effectivement que si le langage est simplement ce langage ordinaire qui "parle" constamment, c'est toujours sur le même exemple : "la neige est blanche". Ce qui est très drôle, c'est que tout cela n'a pas varié depuis vingt ans, d'où la grande sommation qui s'est opérée dès le début des années 1980 avec cette contre-attaque très vigoureuse, il faut bien le reconnaître, de la philosophie analytique, et surtout de sa partie la plus réactionnaire. Je ne dis pas du tout que la philosophie analytique est inintéressante - il y a des choses tout à fait intéressantes et subversives dans la philosophie analytique - mais que ce qui a été utilisé très souvent, c'est une espèce de sommation de clarté. Ici, il s'agit d'avoir une espèce de rapport comportemental et instrumental au langage, dans ce qu'on appelle le langage ordinaire. Marcuse ajoute que c'est là une mystification totale, car des exemples, qui apparaissent dans une étincelante clarté prétendue, sont, en fait, les plus mystificateurs et fondamentalement les plus répressifs qui soient. On doit cela à Marcuse ! Et beaucoup d'interrogations françaises - chez Deleuze ou chez Guattari - sont, si j'ose employer cette expression un peu douteuse, dans cette mouvance. Marcuse ne le formule pas, mais il voit très bien que ce rapport au langage ordinaire, qui se voudrait sincère et simple est purement répressif... Quel est actuellement le discours répressif ? C'est, par excellence, celui qui énonce : "Votre langage n'est pas à la portée de tout le monde, vous n'êtes pas un démocrate, etc.", une sorte de phénomène où les gens s'auto-congèlent. "Vous n'êtes pas à la portée du lecteur moyen" est du même type ! C'est quasiment toujours les mêmes discours !"

Margaux.

Margaux
Utilisateurs

Messages : 4
Date d'inscription : 10/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilles Châtelet

Message  Benoît Schramm le Ven 14 Mai - 10:21

Merci Margaux.
Comment as-tu pu écouter cette émission ?
Le développement de ce propos doit se trouver dans son livre de 1998, Vivre et penser comme des porcs. De l'incitation à l'envie et à l'ennui dans les démocraties-marchés.
Ou plus simplement, dans cet article du Monde diplomatique.

Benoît Schramm
Admin

Messages : 63
Date d'inscription : 12/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilles Châtelet

Message  Margaux le Ven 14 Mai - 22:44

Hey !

De rien, alors le texte est extrait d'un recueil de Gilles Châtelet, intitulé « Les animaux malades du consensus » (Avec Catherine Paoletti, Ed. Lignes, Janvier 2010). Il se compose essentiellement d’articles, de sources radiophoniques et de cours retranscrits. On trouve le passage cité dans « L’entretien sur Marcuse », « Herbert Marcuse, une philosophie de l'espoir pour les sans espoir », p. 212.

Voilà ! J'essaierai de photocopier le texte si ça t'intéresse.

Margaux.

Margaux
Utilisateurs

Messages : 4
Date d'inscription : 10/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

épistemologie sauvage

Message  gramophone le Lun 8 Sep - 20:59

Épistémologie d'un béotien.

C'est avec révérence et solennité en tant que désavantagé non pas par le destin ou une loterie (1) que j'admire l’œuvre d'une partie des grands hommes, parmi ceux qu'il m'est licite de parcourir entre deux de mes besognes indispensables pour vivoter.

Alors que je visionnai le sujet "Rationalité et sensibilité" ou intervienne madame Claudine Tiercelin suivie de Jacques Bouveresse, il m'est venu à l'esprit, cette envie forte d'écrire. L'éloge c'est le premier mot qu'affuble mon esprit, d'abord pour la teneur du discours des deux personnes. Puis je quitte dans un élan hédonistique le présent , sans le moindre scepticisme vis à vis du discours, bien au contraire. Je suis loin de tenter de faire la moindre apologie d'un quelconque élixir  donc Hippocrate avait pour habitude faire de louanges (en pensant au grand Dionysos) ou qu'en apôtre de Bod Marley je sois tombé dans la sédition, bien que je sois né en Colombie, j'ai ma "conscience" tranquille et la certitude de ne pas mourir par les mêmes causes de  Jimi Hendrix, j'ai sans doute l'air d'un polichinelle devant vous ?

Me voici tombai quelques siècles en arrière, non pas dans une démarche mystique, hélas la dose de pédanterie vous semblera  monumentale, mais l'éloge et d'autant plus méritoire pour Kant, Rousseau, Descartes, et bien d'autres que peut-être le manque de temps et de fric ; plus que le manque d'envie (2), car ces hommes notoires, auraient traversé le temps jusqu'à nous, sans nous moyens si modernes, sans l'avancé devenu possible par AMD, Intel, Nvidia, Asus, Msi, etc. Mais encore certains auraient du payer trop cher leur monumentale avance sur l'époque, tel que fut le cas de Galileo Gali.

A la lecture des contemporains, il faut bien accorder une myriade d'éloges, quoi qu'aucun risque un passage devant l'inquisition. C'est là que sans soustraire le moindre mérite aux philosophes modernes, tel Marcel Conche, Etienne Chouard, Joseph E. Stiglitz, je tire mon chapeau aux anciens qui devaient rédiger avec luxe de cautèle, leurs sujets. De manière à duper les tyrans censeurs au risque de laisser leur peau.

(1) Pour un immigré, il est beaucoup plus difficile de percer dans le milieu du travail, par manque de cercles, de connaissance, il reste un choix rentrais d'emploi, où la discrimination, se vie au quotidien. Mais il faut faire le dos rond de toutes manières.

(2) Ayant coursé des études secondaires dans un lycée Technique, et des études universitaires à l'Université Technologique de Pereira (département du Risaralda) encore à mes 54 ans, j'aime beaucoup lire, et pour quoi pas passer des heures à visionner des vidéos sur France Culture, sur Youtube, Dailymotion, toujours en relation étroite avec la société, l'économie et la politique, puis pour tenter d’améliorer mon écriture, malgré par exemple m'avoir levai aujourd'hui à 3h30, malgré la fatigue, je vous écrit rempli d'admiration.
avatar
gramophone
Utilisateurs

Messages : 117
Date d'inscription : 07/03/2009
Age : 56
Localisation : joigny dans yonne

http://gramophologie.forumpro.fr/forum-f2/ligne-ideologique-et-c

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gilles Châtelet

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum